Archives de catégorie : Actualité

Tuning, Moteur de persévérence, un projet pour les jeunes



Le nom est accrocheur avouez? Pour moi, le titre veut dire beaucoup plus que ce qu’on lit au premier passage. Tuning fait référence à l’ajustement, le «set-up» parfait pour maximiser les performances, et c’est exactement ce qu’on a besoin parfois dans la vie pour passer à une autre étape.  Un petit groupe d’hommes remplis de passion et de bon cœur ont décidé de partir un projet plus grand que nature. C’est au garage Lajeunesse et Frères, à Saint-Féréol les neiges, région d’environ 3000 habitants, que le projet a commencé à prendre forme. 2012-2013 fut leur première édition et nous en sommes maintenant à la 7e, chaque année avec un nouveau projet de la couleur au moteur. Les bolides sont tous très magnifiques, mais le travail, l’histoire derrière ces véhicules est encore beaucoup plus belle. Monsieur Christian Lajeunesse, propriétaire du garage Lajeunesse et Frères, Christian Fortin a.k.a. La Pieuvre, complice et ami de Lajeunesse, avec l’aide de monsieur Alain Tremblay, ont pris sur leurs épaules 8 jeunes issus du milieu scolaire secondaire ayant tous en commun un désintérêt pour l’école et une attirance vers la mécanique automobile. Le but de ce projet est simple pour Christian Lajeunesse : «On part de loin, voir rien, en persévérant et en travaillant fort on fait de grandes choses.» Le projet démarre à chaque année de la même manière, avec une épave, par exemple, l’année dernière c’était une carrosserie de Porsche 917. Les deux mentors donnent alors l’objectif, le but : à quoi le produit fini doit ressembler. «Toujours garder en tête notre objectif[1]» est très important puisque c’est la ligne directrice que nous devons suivre. Par la suite le projet commence, c’est le démontage, nettoyage, préparation, sablage… «Ce n’est pas toujours plaisants dans des gros projets comme celui-là. Il y a des bouts plates et longs mais chaque étape est importante. C’est un peu comme dans la vie.[2]» Avec le temps et les efforts nécessaires, les jeunes se rendent vite compte qu’ils peuvent affronter l’impossible puisque pour eux, l’épave du début ne pouvait devenir un bijou de collection. Ce sont de belles valeurs que les jeunes ont pu acquérir grâce à Tuning ainsi que toutes les habiletés manuelles et techniques de travail qu’ils ont pu apprendre tout au long de cette belle conquête. Les jeunes en ressortent fiers et ils ont raison. En effet, lorsque la restauration des véhicules est terminée, ils exposent leur bolide au Salon de l’auto. Il est à noter qu’ils ont remporté le prix du Public lors de leur 5e édition! Cette année, pour leur 7e édition, une Chevelle SS 1967 sera le bolide à restaurer.

Modèle de l’édition 5

Comme on peut le voir sur la photo ci-contre, les jeunes se rassemblent autours de leurs mentors pour écouter attentivement les consignes pour ensuite mettre en branle le plan de match.

Après avoir tout démonté la vieille Chevrolet, il ne restait que le châssis, question d’en faire une base solide pour un projet solide !

Les énormes chaussures de 20X15 sont d’une élégance remarquable avec la partie supérieure qu’on perd dans l’aile, c’est magnifique ! Mais comment s’assurer d’une bonne stabilité avec d’aussi grosses pointures …

Set-up différent de ce qu’on voit dans le monde du 4×4 mais la base reste la même !

Voici un bon aperçu à quoi va ressemblé la bête et je crois qu’encore une fois cette année, l’impossible va être accompli avec une belle gang de jeunes qui repartent gagnants de ces aventures ! On leur souhaite bonne chance pour la fin du projet et n’hésitez pas à allez les voir au Salon de l’auto !

David Godin


[1] Christian Fortin a.k.a. La Pieuvre

[2] Christian Lajeunesse

Essaie du Foyer, Aventure Bois Overland.

La revue du foyer, Aventure Bois Overland.

L’année dernière, Aventure Bois Overland nous a offert la chance d’essayer leur tout nouveau modèle de foyer démontable, devenant ainsi un fier ambassadeur de leur produit. Puisque nous sommes sans cesse à la recherche de nouveaux endroits pour dormir, nous avions besoin d’un moyen efficace et sécuritaire de savourer nos soirées de camping autour d’un feu.

Espace;

Un des plus gros enjeux dans notre mode de vie sur la route, l’espace requis pour chaque objet qui est devenu une nécessité dans nos voyages. Nous étions déjà à la recherche d’un foyer facile à transporter mais le manque de place dans notre véhicule nous obligeait à revoir nos priorités,  jusqu’à ce que nous tombions sur ce foyer démontable. Il se range facilement dans son sac de transport et ne prend quasi aucune place de rangement.

Une fois monté, le foyer mesure près de 50cm x 50cm avec une hauteur de 23 cm, ce qui permet d’avoir une bonne surface de feu. Le tout démonté, vient dans un sac de transport facile à ranger et mesure 36cm x 50cm, avec une épaisseur réduite à près de 4cm.

Utilité;

Le tout vient avec une plaque de cuisson qui s’installe facilement sur le dessus, laissant la chance de cuire directement à la braise ou n’importe quel instrument de cuisine apte aux flammes. On ne rate jamais une occasion de cuisiner sur ce foyer.

Pour finir, peu importe l’endroit où vous décidez de camper, restez sécuritaire et utilisez un endroit propices afin de faire votre feu, nous avons choisi de faire confiance à Aventure Bois Overland et sommes totalement en amour avec ce foyer. N’hésitez pas à suivre nos aventures sur Max & Helen, beaucoup plus à venir!

Présentement, Aventure bois Overland fait tirer un foyer le 4 mars 2019.

Pour courir la chance de gagner le prix aller visiter leur page.

Valeur de 200$

Test des nouveaux Hakkapeliitta LT3

En fin de semaine dernière, j’ai eu la chance de tester les nouveaux pneus LT3 de Nokian ainsi que d’assister à une présentation sur les nouvelles innovations et améliorations au sein de la gamme de produits.

Comme mentionné dans un article précédent, le fabricant continue de garder le cap vers une façon de faire et des produits de plus en plus verts. Selon eux, il s’agit d’un enjeu majeur dans le milieu.

Lors de la présentation, ils ont tenu important de nous informer que leur volonté est toujours d’offrir un produit de qualité mettant en priorité la sécurité de leurs clients. Ceci a d’ailleurs fait une présentation différente. La plupart des compagnies de pneus présente normalement leurs pneus hautes performances mais pour Nokian, il s’agit de leur pneu vedette, le Hakkapeliitta, qui n’est pas leur pneu haute performance pour les voitures sportives, mais bien le pneu qui représente leurs valeurs, la sécurité en tête.

Quelques innovations dignes de mention,

Les nouveautés qu’on peut retrouver sur le LT3 sont les suivantes :

1 : Les nouveaux clous concept arctique. Nouvelle forme du clou, ainsi que nouveau matériel (Stainless) résistant à la corrosion

2 : Un nouveau design de rainures plus agressif et plus profond afin de libérer la gadoue et la neige

3 : Brake Booster. Un design différent des modèles précèdents développé par les ingénieurs de nokian afin de faciliter le freinage.

4 : Aramide technologie : Ce n’est pas une nouveauté mais une partie importante du produit. En quelque sorte du kevlar, dans leur composition, afin de renforcir les flancs des pneus, qui peuvent littéralement sauver votre investissement avec les routes du Québec.

De plus, les LT3 ont des rainures de 16.5/32’’ et, pour les véhicules plus lourds, peuvent avoir des rainures de 17.5/32’’. Le modèle est offert en 16 grandeurs de 16 à 20 pouces avec un ratio de vitesse classé Q ( 160km/h).

Le fabricant a voulu combler un problème avec les anciens clous, qui pouvaient rouiller avec la température humide. Ils ont donc changé le matériel pour du Stainless qui ne rouillera pas avec le temps. On retrouve aussi de mini cristaux à pointe coupante dans la composition du mélange de caoutchouc du pneu qui donne entre les clous un coup de pouce de plus pour l’adhérence. Nous avons eu le plaisir d’aller tester le nouveau LT3 sur une piste spécialement conçue à cet effet. Plusieurs types de tests étaient possibles, soit une piste d’accélération (très glacée) et freinage, un anneau de neige durcie, une section slalom, et pour finir, notre préféré, un parcours conçu avec une dameuse à neige avec plusieurs chicanes, inclinaisons et options.

Étant deux personnes un peu plus aventureuses que la moyenne des autres participants, mis à part notre ami Piero de ‘’derrière le volant’’, nous avons choisi immédiatement le parcours sachant qu’avec la maltraitance que nous allions lui faire subir, celui-ci serait probablement très accidenté après notre passage.

Parcours : La surface était enneigée, mais dure, un peu comme une pente de ski. Nous avons fait le test avec un Ram 1500 2018. La consigne de garder le contrôle de traction étant très restrictif, nous avons un peu triché durant les tests afin d’avoir un meilleur aperçu des performances du produit. Donc, à grande vitesse le pneu réagit très bien comme on le prévoyait. Les gens de Nokian on gardé les qualités d’adhérences du Hakkapeliitta 9 et l’ont transmis à leur nouveau. Dans les courbes, le côté du pneu donne du mordant dans la surface enneigée, on peut d’ailleurs l’entendre cramponner aux parois enneigées.

Drag and brake : Pour cette partie du test, la surface était extrêmement glacée, un peu comme les routes peuvent l’être au Québec après une pluie verglaçante. Pour ce test nous avions à notre disposition un véhicule Audi Q4. Au décollage, on entend le pneu morde dans la glace, les clous font leur travail et donnent une bonne traction. Les mini cristaux ajoutés à la recette de caoutchouc donnent aussi un coup de pouce. Nous atteignons une vitesse d’environ 80km/h avant de mettre les freins bien à fond. La distance de freinage représente bien un terrain glacé. Le système de freinage ABS donne une chance aux clous de faire leur travail encore mieux. On peut d’ailleurs voir, à la sortie du véhicule, les traces imprégnées dans la surface glacée faites par les clous.

Chicane : Pour la chicane nous avons fait le test avec deux marques de pneus différentes afin de pouvoir comparer le produit. J’ai commencé avec le Pneu Nokian non clouté. Bien que le pneu soit non cloûté, donc moins de mordant que le lt3, la performance est quand même très respectable. J’ai été en mesure de prendre chacune des chicanes à une vitesse constante et en étant capable de coller l’intérieur des courbes tout près des cônes. Par ailleurs, lors du test avec le pneu d’une autre marque, il était impossible pour moi de garder la même vitesse tout au long du parcours. J’ai dû à plusieurs reprises lâcher l’accélérateur et même jouer avec les freins à quelques reprises. Lorsque j’essayais de prendre l’intérieur des courbes, l’arrière du véhicule voulait prendre son envol vers l’extérieur (survirage).

Donc, somme toute, de très bons résultats. Je suis très impressionné par la traction que ce pneu offre sur la surface glacée ainsi que les déplacements latéraux. Nous avons aussi eu la chance de tester de façon encore plus extrême les nouveaux produits à crampons (cloutés) lors d’un autre événement qui avait lieu à Sanair. Je vous laisse juger par vous-même et faire votre propre opinion avec le vidéo qui suit …

Pour ce qui est du prix, je dois dire que Nokian figure parmi les plus dispendieux lorsqu’on parle de pneus. Ce détail est quand même considérable. Cependant à vous de voir combien vaut la sécurité que vous voulez avoir sur les routes. Certaines personnes seront confortables avec un produit d’une qualité plus basse ou égale selon eux à prix plus abordable. Selon moi, la qualité a un prix et la sécurité, elle, n’a pas de prix. À vous de choisir …

Dave Daneault chroniqueur 4x4setupMagazine

Un énorme merci à Mathieu notre ami de Question Auto

ALDO Racing au Dakar 2019 : L’aventure est terminée

Montréal, 15 janvier 2019 – L’aventure de David Bensadoun et de son copilote Patrick Beaulé de l’équipe ALDO Racing au Dakar 2019 est terminée. Parsemée de multiples embûches, la 41e édition du rallye aura été l’une des plus infernales des dernières années. Ajoutez à cela, l’équipe ALDO qui étrennait une voiture qui a été ennuyée par des soucis à deux reprises. Ce n’est pas la faute du constructeur sud-africain Century Racing si la voiture a passé un peu trop de temps en mer à voyager entre l’Afrique et l’Amérique, puis l’aller-retour de l’Amérique à l’Asie pour le Rallye Silk Way qui ne s’est pas matérialisé pour l’équipe et ce dernier voyage vers la France avant de reprendre la mer pour se rendre au Pérou. L’humidité en mer aura fait son ¦uvre de corrosion sur les fils du distributeur d’allumage. Le vert-de-gris causera la panne terminale de la troisième journée du Dakar.

« Au début de la spéciale, nous avons commencé à avoir un ennui électrique qui perturbait l’alimentation en carburant, a déclaré David Bensadoun. Le problème s’est amplifié au kilomètre 50 du secteur sélectif et lorsque nous sommes arrivés au kilomètre 60, tout a empiré. Le moteur coupait constamment. Nous avons vérifié tout ce qui était sous le capot moteur. Il n’y avait rien à faire dans l’immédiat. »

30e avant l’abandon
S’élançant du 66e rang dans la catégorie voitures à Lima, ALDO Racing avait glissé de six positions au terme du premier secteur sélectif du Dakar. La deuxième journée à partir de Pisco a été plus fructueuse pour l’équipe canadienne qui a fait un bond prodigieux pour se retrouver 38e après avoir passé correctement les huit points de vérification menant à l’arrivée à San Juan de Marcona. Au deuxième point de vérification de la troisième journée, nos Québécois occupaient le 30e rang avant d’abandonner.

Parce que le Dakar est tellement exigeant sur la mécanique et les risques, les organisateurs du rallye ont permis aux concurrents qui avaient abandonné en première demie de réintégrer la course après la pause mi-rallye du samedi 12 janvier. Bien reposés, David et Patrick ont pu reprendre la route dimanche dans une course à classement séparé pour semi-marathoniens.

Dakar, prise 2
À la reprise du rallye dimanche, le prototype CR6 de l’équipe ALDO Racing était de retour sur les pistes du désert du Pérou pour participer à la seconde moitié du Dakar 2019.

« Nous avons amorcé la course du secteur sélectif 6 vers 13 heures et notre embrayage s’est brisé dans les dunes de Tanaka à 14 heures. Avec l’aide de notre équipe, nous avons retiré la boîte de vitesses, remplacé le disque d’embrayage défectueux. Puis, nous avons navigué vers la sortie du désert en pleine noirceur vers 21 h 30. À cause des dunes folles et du sable mou, ça nous a pris deux heures pour rouler quatre kilomètres jusqu’à la route. Nous savions qu’en recevant de l’aide extérieure, nous serions de nouveau exclus de la course.

« Nous voulions vivre l’aventure et nous l’avons trouvé. C’est toujours triste de déclarer forfait, mais nous aurons plein d’histoires et d’aventures à raconter. Nous avons tout tenté pour demeurer dans la course. Le Dakar est toujours une aventure difficile, mais cette année, c’était infernal, » a conclu Bensadoun.

Le Dakar 2019 se poursuit jusqu’au jeudi 17 janvier. Les grands vainqueurs seront fêtés à Lima, la capitale du Pérou. Vous pouvez suivre le déroulement du rallye en direct sur le site du Dakar au : https://gaps.dakar.com/2019/dakar/aso/ukie.

La participation d’ALDO Racing au Dakar est le fruit d’un partenariat avec Groupe ALDO, E.F. Walters, Stingray, SAJO, la Corporation Vitesse Transport, le Groupe OEC et Investissements Fesh-Fesh.

Photo 1 : Le CR6 d’ALDO Racing souffle un nuage de poussière de sable
Le CR6 d’ALDO Racing souffle un nuage de sable lors de la première étape du Dakar 2019.
Crédit photo : Victore Leuter

Photo 2 : Impasse à cause d’un camion
Le CR6 d’ALDO Racing a perdu 40 minutes lors de la troisième journée, stoppé dans un ravin ensablé et bloqué par un camion. Ce camion tentait de remorquer une voiture endommagée par un véhicule côte à côte qui était juché ou encastré sur le toit de la voiture. Regardez de près, derrière le camion.
Crédit photo : ALDO Racing

Photo 3 : À la recherche d’une solution au problème électrique
Les membres de l’équipe ALDO travaillent à résoudre le problème électrique lors de la troisième journée du Dakar.
Crédit photo : ALDO Racing

Photo 4 : Le CR6 à l’assaut d’une dune le dimanche
Le CR6 d’ALDO Racing roule à plein régime à l’assaut d’une dune lors de son retour en piste dimanche.
Crédit photo : Vinicius Branca

Photo 5 : Remplacement du disque d’embrayage
Devant un David Bensadoun pensif, les mécanos de l’équipe ALDO Racing ont dû retirer la boîte de vitesses, avant de remplacer le disque d’embrayage du CR6 lors de la journée de dimanche.
Crédit photo : ALDO Racing

Source :
Max d’Orsonnens
514-246-8909
maxdo@videotron.ca

Un BBQ JEEP …

C’est un projet que j’avais en tête depuis un certain moment.

J’ai proposé l’idée aux administrateurs du Club Jeep Mauricie. L’idée leur a parût un peut farfelue mais, après explication du projet, ils ont embarqué avec enthousiasme. 

Pour débuter, il fallait trouver la perle rare à un bon prix.

Par la suite, le projet fût financé avec la vente des pièces du jeep de original.

Quelques membres se sont portés volontaires pour aider à réaliser ce projet fou; soit M.Michel Gosselin de ‘’Attache Auto Mg’’ en fournissant des pièces (essieux ,roues, tout ce que ca prend pour transformer une remorque) puis M. Louis Furlotte de  ‘’Soudure LFJ’’.

M. Furlotte fût d’une grande aide avec ses idées, ses suggestions et son savoir-faire.

M.Furlotte ne s’est pas gêné pour nous traiter de ‘cabochons’ Jessy Masson et moi. Nous étions tellement enthousiasmes et pressés sautant ainsi quelques étapes!

M. Furlotte fût d’une aide indispensable pour ce projet. Il a créé un chef-d’œuvre avec le BBQ (grille de feu ajustable, prise d’air pour contrôler le feu, grille en stainless).

Il nous a fourni tout les matériaux son précieux temps (+ de 60hrs de travail) et son merveilleux sens de l’humour. Ces trois éléments ont fait de cette expérience un agréable moment. Il ne faut pas oublier la conjointe de M.Jessy Masson, Fanny Moreau, qui est aussi venue donner un coup de main à quelques reprises.

Finalement M.Francis Casobon de ‘Sablage Caso s’est joint à cette aventure et nous a offert le sablage au jet ainsi que la peinture de notre choix.

WOW que d’émotions de voir ce projet se réaliser sous nos yeux et prendre une telle ampleur. Quelle générosité de tout ce monde incroyable.

L’inauguration du BBQ s’est fait à l’été 2018, chez moi avec les membres du club. 85 personnes sont venu déguster de succulentes côtes levées.

Le BBQ servira pour les activités du club et pour certaines levées de fond et de bienfaisances.

Un ‘gros merci’ à tout ce beau monde qui est venu, de près ou de loin, aider à réaliser se rêve que je caressais depuis un bon moment. Merci

Dany Beland prés.                  

Club Jeep Mauricie

ALDO Racing prêt pour le départ du Dakar 2019

Montréal, 4 janvier 2019 — Le pilote David Bensadoun et son coéquipier Patrick Beaulé de l’équipe ALDO Racing sont à Lima au Pérou où ils ont rejoint l’équipe qui était déjà sur place à préparer leur nouveau prototype CR6 en vue de leur participation à la 41e édition du Dakar 2019. Pour le duo québécois, ce sera leur cinquième participation à cette épreuve. Afin d’exploiter à fond leur CR6, ALDO Racing s’est adjoint les services de Julien Hardy de Century Racing. Julien est l’un des ingénieurs – concepteurs du prototype CR6. Sa présence au sein d’ALDO Racing sera un atout pour l’équipe qui étrennera son véhicule.

Un départ protocolaire de Myraflores sera donné le dimanche 6 janvier. Parcours qui ne compte pas aux résultats officiels. Le Dakar 2019 se déroulera du 7 au 17 janvier sur un parcours d’environ 5 540 kilomètres, dont 2 660 seront chronométrés lors des étapes spéciales de vitesse (ES) disputées à 70 % dans le sable. L’événement sera marqué d’une intensité inégalée au niveau navigation et pilotage.

L’aller-retour Lima se déroulera dans le sud du Pérou. Chacune des dix étapes chronométrées comprend des points de vérification qui pénalisent les voitures qui ne poinçonnent pas électroniquement lors de leur passage parce qu’elles sont trop loin du Way Point ou parce qu’elles ont devancé ou dépassé le temps limite. Pour nos Québécois, le Dakar s’annonce comme une course à obstacles.

« Nous avons établi un plan qui devrait nous permettre de bien rouler au Dakar, explique David Bensadoun. Lors des deux premiers jours, je dois me réhabituer à la voiture et évaluer la réaction des suspensions, car je n’ai pas conduit le CR6 depuis avril dernier. Je n’ai pas l’intention de pousser la voiture à plus de 80 % de ses capacités afin que Patrick puisse se concentrer sur la navigation.

« À partir de la troisième journée jusqu’à l’arrêt de la mi-course, je vais augmenter la cadence entre 85 et 90 % sur les chemins qui me le permettront. Sur les dunes, je vais ralentir à 80 % afin de ne pas nous mettre dans le trouble.

« Je crois que ce rallye sera très difficile. Beaucoup pensent que puisque l’événement se déroule sur seulement 10 jours au lieu de 14 et que le kilométrage des étapes spéciales est réduit que ce sera plus facile, mais les dunes au Pérou sont très piégeuses. De plus, les organisateurs du rallye doivent prouver que l’événement est un vrai Dakar. D’après mes recherches en ligne, je crois que les étapes marathon des jours 4 et 5 seront très difficiles à compléter. Nous devrions gagner du temps sur la compétition en gardant le cap et en évitant de rester pris. Ajouter à cela les risques d’accidents et de capotages des équipes de pointe qui roulent toujours à tombeau ouvert, il pourrait y avoir beaucoup d’abandons. 

« Après la journée de repos, nous allons faire une course tactique. Nous allons voir qui de notre groupe nous précède et à quels endroits nous allons pousser la note. Nous avons une voiture formidable qui nous aidera à rouler en toute sécurité. Dans les zones de sable plat, nous allons très bien nous tirer d’affaire. Sur les dunes, nous allons nous concentrer sur la navigation, éviter les accidents, l’ensablement du CR6 et les capotages, » a conclu Bensadoun.

Le copilote Patrick Beaulé abonde dans le même sens que son coéquipier, et il est très optimiste sur les chances de succès de l’équipe au Pérou.

« On sent ici à Lima que tous les membres de l’équipe connaissent l’importance du succès au Dakar pour l’organisation d’ALDO Racing et ils sont prêts pour le départ protocolaire le 6 janvier à Myraflores, a déclaré le copilote Patrick Beaulé. Je me sens vraiment en confiance. J’ai entendu dire que la navigation sera la plus difficile que j’ai connue. Heureusement que notre participation au rallye Desafio Ica en septembre dernier nous aidera, car les notes du Dakar seront du même type de jargon de course.

« L’excellent travail de préparation effectué par notre directeur de projet, Stephan Desrochers, m’a libéré de ce boulot et me permet de me concentrer sur le rallye. J’ai vraiment hâte de pouvoir enfin essayer la CR6 dans l’élément pour lequel elle a été construite.

« Je crois que le Dakar sera extrêmement ardu tant au niveau technique qu’en navigation. C’est plus court en temps et distance que les éditions précédentes, mais l’organisateur espère quand même perdre au moins 50 % des participants avant la fin du rallye ! On ne veut pas faire partie de ce groupe !

« Nous avons toujours rêvé d’un Dakar sur les dunes et le sable. Je crois que nous serons bien servis, » de conclure le pilote québécois.

À la suite de chaque journée de compétition du Dakar 2019, les médias et les amateurs pourront suivre les activités quotidiennes et obtenir le classement de l’équipe ALDO Racing sur leur page Facebook au https://www.facebook.com/aldoracingteam/. Un communiqué-reportage sera publié le samedi 12 janvier à l’issue de la première moitié du rallye.

Les amateurs peuvent suivre le déroulement du podium de départ en direct sur la page Facebook officielle du Dakar > www.facebook.com/dakar. Pour suivre quotidiennement la course en direct en français allez sur le compte twitter.com/dakarendirect et les résultats devraient être en ligne quotidiennement sur le site www.dakar.com (EN / ES / FR).

La participation d’ALDO Racing au Desafio Inca est le fruit d’un partenariat avec le Groupe ALDO, E.F. Walters, Stingray, SAJO, la Corporation Vitesse Transport, le Groupe OEC et Investissements Fesh-Fesh.

Photos

Photo David Bensadoun et Patrick Beaulé avec le CR6

Photo du bivouac ALDO à Lima au Pérou

Crédit photo : ALDO Racing

DES QUÉBÉCOISES PASSIONNÉES DE TRAIL DANS LE DÉSERT DU MAROC

TEAM 285 – DES QUÉBÉCOISES PASSIONNÉES DE TRAIL DANS LE DÉSERT DU MAROC

Qu’est-ce qui fait que deux amies québécoises, passionnées de trail, soient aussi fébriles que des enfants à l’approche de Noël?  C’est leur engagement à participer au raid solidaire 100% féminin au Maroc – Cap Fémina du 1er au 13 octobre 2019! 

L’idée du dépassement de soi et de leurs forces, pour ensuite franchir le portail d’une école et participer à sa rénovation ainsi que de faire des rencontres en soirées avec la population marocaine, ont attiré Lyne Tremblay et Lucie Corriveau à s’embarquer dans la 9e éditions du raid solidaire(http://www.capfeminaaventure.com/date-et-programme-2019/), organisé par l’agence Maïenga, organisatrice du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc depuis 1990.

Le raid consiste en un parcours de 5000 km parcourus en 4×4, Quads ou SSV, à travers la France, l’Espagne et le Maroc. En tout, 12 jours hors du commun entre Canadiennes, Françaises, Suissesses, Belges et Marocaines, avec des actions solidaires au Maroc, 6 étapes sportives dont 2 journées en marathon en autonomie totale et nuitée à la belle étoiles où les moments intenses d’émotions sont partagés.


Les actions solidaires sont les suivantes :
●          En France, remise de matériel de puériculture aux Restos Bébés du Cœur;
●          Au Canada, dons remis à la Fondation St-Vincent-de-Paul par l’entremise d’un montant attribué au nombre de balises découvertes par chaque équipe canadienne lors du raid;
●          Et, sur les terre Africaines où elles vont repeindre une école dans le Sud Marocain.


Le choix du véhicule n’est pas encore déterminé pour Lyne et Lucie car elles hésitent entre le 4×4 ou le SSV.  Ayant toutes deux l’expérience du 4×4 avec leurs Jeeps respectifs, peut-être iront-elles vers le SSV afin d’augmenter le challenge hors de leur zone de confort.  Le tout sera déterminé selon les fonds amassés en septembre prochain, date à laquelle elles devront compléter la location du véhicule et l’inscription finale au raid. 

Peu importe la monture choisie, elles feront un travail d’équipe avec principalement Lyne comme pilote et Lucie comme navigatrice.  Au matin de chaque étape, elles recevront un road-book, indiquant le tracé du jour. Le but est de suivre un parcours prédéfini sur pistes et dunes à l’aide du road-book et d’une boussole, en pointant les différents contrôles de passages et en étant au plus proche du kilométrage idéal. Il n’y a aucun critère de vitesse. Des contrôles de passages surprises sont mis en place afin de vérifier que les équipages suivent l’itinéraire prédéfini.


La sécurité est omniprésente tout au long du rallye et une équipe professionnelle et rodée les encadre en permanence grâce au Smalltrack, système de sécurité et de tracking par satellite. Et c’est grâce à ce système que vous pourrez suivre leur évolution tout au long du rallye-raid qui sera affiché sur la page facebook du raid Cap Fémina Aventure, et ce, en temps réel.


Mais l’heure est toujours aux préparatifs! L’édition 2019 se prépare et de nombreuses Cap’Fées se mobilisent déjà pour récolter des dons en vue de cette aventure!  Les canadiennes, ne pouvant apporter les denrées en Europe pour les actions solidaires, se joignent à des organismes canadiens afin d’optimiser ce volet de l’aventure. Comme organisme canadien, le Team 285 s’est joint à la Fondation Steve O’Brien (https://fondationsteveobrien.com/) qui a pour but d’aider les jeunes dans la persévérance à atteindre leurs buts. Elles aident la fondation en participant aux levées de fonds de celle-ci et le surplus des fonds amassés pour leur aventure sera remis à la fondation.


Afin d’amasser les fonds nécessaires à cette aventure d’une valeur approximative entre 18900$ et 21900$ (selon le type de monture choisie), le team 285 organise diverses activités ainsi que la vente d’articles. Jusqu’à présent, elles ont amassé des fonds grâce à des activités telles que :

●          Spectacle de Blues
●          Spectacle d’humour
●          Soirée amicale de quilles
●          Vente d’hot-dogs lors de journées organisées par des commanditaires
●          Des tirages moitié/moitié
●          Vente d’articles pour chiens et chats, faits à la main par elles-mêmes


Jusqu’à présent, le budget de l’équipe est amassé à 40%.  Alors, les filles lancent un appel aux dons en direction de tous et aussi des entreprises. Elles ont un calendrier 2019 déjà bien chargé avec des activités qui seront révélées graduellement au cours des prochaines mois.  Pour les suivre dans leur aventure ainsi que les encourager, allez suivre leurs pages

Il est possible d’encourager l’équipe 285 par l’entremise de commandites, d’achats d’articles, de participation aux activités et de dons.



L’hydrographie, une option intéressante.

Lorsque on parle du monde de la peinture on se rend vite compte que les commentaires s’enchaînent sur les réseaux sociaux. Plusieurs avis se contredisent. Une des techniques qui soulève beaucoup d’interrogations et questions est l’hydrographie. Tout le monde a vu les fameux vidéos sur YouTube ou on voit l’insertion d’une pièce dans un bassin et le moment ou elle en ressort avec des motifs ou des couleurs complètement pétés.

Mais ça marche comment? Quelles sont les étapes ? Quelles sont les implications réelles en temps et travail afin d’avoir un produit fini de qualité. Quels sont les pièces ou matériaux qu’on peut hydrographier ? Nous avons donc décidé de passer faire un tour chez Lacombe Hydrographics, voir Jérémie afin de lui poser nos questions et avoir les réponses d’ un spécialiste dans le domaine.

 HISTOIRE

Le 26 juillet 1982, MotoyasuNakanishi, de la société d’ingénierie Kabushiki Kaisha Cubes, a fait une demande de dépôt auprès de l’agence US des brevets pour un dispositif permettant le transfert hydrographique. On peut lire dans le résumé : « Le dispositif permet de faire flotter un film de transfert à la surface d’un liquide contenu dans un bassin, il comporte une structure qui fait couler le liquide dans le sens d’arrivée du film et une autre qui permet d’immerger de l’amont à l’aval l’objet à peindre ( source wikipédia) 

ÉTAPES :Afin d’arrivé à un résultat final de qualité on retrouve plusieurs étapes tous aussi importantes les unes que les autres. En fait, au lieu de dire étapes on pourrait appeler ça des facteurs possibles de ”fuckup” 😊! En effet, si une seule des étapes n’est pas complétée à la lettre, ou que les temps ne sont pas respectés, il est très possible que le résultat ne soit pas appréciable.

Étape 1 : La première étape comme dans beaucoup de domaine est la préparation. L’hydrographie est une technique de peinture, il est donc primordial d’avoir une surface exempte d’impuretés avant d’appliquer le procédé. Dans le cas présent, les roues ont été ”sandblastées” au préalable.

Étape 2 :Ensuite une couche d’apprêt devra être appliqué afin de rendre la surface prête à recevoir la peinture. Encore là, l’utilisation d’un produit de qualité est nécessaire pour avoir un beau fini.

Étape 3 : La pellicule choisie par le client sera coupée de la bonne dimension et déposée dans le bassin d’eau. L’eau en fait ne sert qu’à retenir la pellicule. Une fois la pellicule posée sur l’eau, on doit s’assurer de l’absence de bulles sous le papier. Le papier restera normal sur l’eau jusqu’à la prochaine étape.

Étape 4 : Par la suite, on doit vaporiser un produit activant, il s’agit d’un activant qui crée une réaction chimique entre la peinture et la sous-couche. On doit chronométrer cette étape afin de laisser le procédé chimique faire son effet.

Étape 5 : La prochaine étape est le trempage de la pièce, cette technique doit être fait de façon très méticuleuse. Un faux mouvement peut faire rater tout le processus et alors toutes les étapes devrons être recommencées.

Étape 6 : Le rinçage, la pièce va par la suite prendre sa douche dans un bassin de rinçage qui enlèvera toutes les particules ou résidus chimiques ayant pu rester sur le morceau. Après avoir prit une douche de 15 min, une petite douchette à l’eau propre viendra conclure cette étape.

Étape 7 : La dernière étape sera l’application d’un Clear, qui servira à protéger la peinture de sur votre pièce. Un choix de mat, lustré etc. est aussi disponible.

Comme vous pouvez le voir il y a beaucoup d’étapes principales, et je vous évite toutes les sous-étapes, comme le ”taping” des pièces, les touch-ups, toute la préparation des pellicules et du bassin etc.

En résumé, c’est un travail très méticuleux qui donne des résultats géniaux et très impressionnant. Si ça s’applique à notre monde du hors-route… Tout dépend de vos besoins. Il s’agit d’une belle option pour personnaliser votre véhicule à un prix très raisonnable.

Pour en savoir plus, visionnez notre entrevue, ou écrivez directement aux gens de chez Lacombe Hydrographics

Dave Daneault, chroniqueur 4x4setup Magazine 

voici le liens de l’entreprise si vous avez des questions. 

 Lacombe Hydrographics 

Fabrication d’un rack pour Jeep

Bonjour, tout le monde de set-up 4×4

Je suis Michael de Michael mobile welding

Aujourd’hui, je veux vous parler d’un projet que j’ai fait pour un client et les problèmes que j’ai rencontré en cours de route.

Pour débuter, quand on commence un projet, il est important de savoir combien de matériel on a besoin et quel matériel on veut prendre pour faire notre projet.

Pour ce ”rack” mon client avait quelques spécifications. Il voulait que ce soit facile à enlever et remettre et que le rack ne cogne pas sur lui-même quand il conduit.

J’ai dû commencer par trouver où le rack allait s’attacher sur le derrière du jeep. J’ai opté pour les trous originaux pour le hard top. J’avais maintenant mon emplacement, j’ai donc mesuré les grandeurs pour avoir toutes mes mesures. Créer les brackets pour tenir le rack était assez facile, du flat bar et du tube en aluminium souder au TIG et le tour est joué.

Pour le rack,  la création et l’imagination commencent à aider. Je devais créer un rack robuste et en même temps quelque chose qui sort de l’ordinaire. Quoi faire pour fabriquer un rack qui n’est pas pareil a tous les autres, mais qui va résister à du off-road de jeep avec de l’équipement d’attaché. La base a été fabriquée de 1 x 2 x 1/8 en aluminium avec une feuille de diamond plate 1/16 pour le fond. J’ai créé les côtés en coupant plusieurs morceaux de 2 pouces de haut et un tube sur le dessus. Ceci peut paraître facile, mais voir cette idée dans ma tête et de créer cette idée, pas une tâche facile. Je dois trouver les mesures vu les coins en 45 degrés et comment le tout va s’aligner. J’ai passé 8 heures à souder, couper et ressouder pour avoir les résultats que je cherchais. Une fois le tout placé et ”tacké” ensemble, je peux finalement tout souder. Pour pouvoir me rendre à cette étape, j’ai dû recommencer le projet 2-3 fois. Entre ma vision et celle de mon client, on a dû travailler ensemble pour le plan. Mais entre mes dessins et sa vision, il y avait des zones grises. Ceci arrive assez souvent. Il va toujours y avoir un retard à cause qu’une mesure ne fonctionne plus, le plan change ou vous voyez que ça ne fonctionne juste pas. Ne vous découragez pas, j’ai plusieurs projets que j’ai commencé et qui ont tourné en un cauchemar. Prenez du recul et réévaluez la situation pour reprendre votre projet avec une tête fraîche et de nouvelles idées pour surpasser les problèmes rencontrés.

Bien que ce fût juste un petit article, je me suis finalement acheté un 87 YJ. Je vais prendre des photos des réparations que je vais faire en cours de route et vous donner des trucs tout au long de mon projet.

Si vous avez une idée pour un article ou un vous avez des questions vous pouvez aller voir ma page FB.

Envoyez-moi un message si vous voulez quelque chose de construit.

@Michaelmobilewelding

À la prochaine et surtout bon jeeping.

Michael