Acheter un véhicule hors route usagé en 10 conseils.

Acheter un véhicule hors route ou qui a eu une vocation hors route auparavant n’est pas une mince affaire. Si on ne veut pas avoir de mauvaises surprises, on doit avoir en tête quelques éléments à examiner pour nous donner un aperçu complet du véhicule ou des dommages présents ou à venir prochainement. Ceci peut vous sauver beaucoup de problèmes et  d’argent dans  un futur rapproché.

1 : Sachez ce que vous voulez et ce dont vous avez besoin.  

Avant de chercher, il est utile de réfléchir à ce que vous attendez de votre 4×4. S’asseoir et réfléchir à l’utilisation que vous souhaitez faire de votre 4×4 est probablement le moyen le plus simple de restreindre la recherche et de trouver un véhicule qui a plus de chances de cocher toutes les cases. Ce n’est pas parce que tout le monde vous dit que ça vous prend un Rubicon par exemple que c’est nécessairement vrai. Par exemple, 80% des gens que j’ai vu en sentier en Rubicon auraient réussi les mêmes passages avec un modèle non Rubicon pour beaucoup moins cher. En connaissant vos besoins vous serez en mesure d’évaluer le type de caractéristiques recherchées :type de suspension, capacité de remorquage etc.

2 : Faites vos recherches. 

Une fois que vous avez réduit votre recherche à 2 ou 3 modèles, faites vos recherches. Consultez les sites Web de voitures d’occasion tels que “carsales.com” et faites-vous une idée du prix moyen, du kilométrage et de l’état du modèle de votre choix. Ces sites permettent également de comparer côte à côte les caractéristiques des véhicules, ce qui est un bon moyen de réduire encore le nombre de modèles disponibles. Allez sur des forums et des sites Internet et trouvez les problèmes les plus courants pour le modèle que vous recherchez. Certaines marques et certains modèles ont des problèmes communs tels que la transmission, la direction, etc. et il est utile de savoir ce qu’il faut rechercher. Tenez compte de la disponibilité des pièces et des coûts d’entretien pour le modèle de votre choix. Devenir un expert de la marque et du modèle qui vous intéressent peut vous permettre de connaître le juste prix du véhicule sur le marché et de savoir quels sont les problèmes à surveiller.  Lorsque vous achetez un 4×4 d’occasion, la connaissance est le pouvoir. Oui, ça vous prendra plus de temps mais c’est du temps bien investi.

3. Ignorez les arguments de vente. 

Il est amusant de constater qu’un Monster truck qui défonce les buissons peut soudainement devenir le “taxi de la femme après l’école” lorsque le propriétaire cherche à le vendre. Regardez les preuves physiques plutôt que de croire le propriétaire qui cherche clairement à obtenir le meilleur prix. Posez beaucoup de questions et s’il y a des incohérences dans l’histoire, il vaut mieux être prudent.  Par exemple, un taxi qui vient chercher les enfants après l’école ne devrait pas avoir de rayures importantes sous le véhicule. Si vous achetez dans une succursale de vente n’oubliez pas que le hors route n’est pas nécessairement la passion et le dada du vendeur. Il a peut-être une bonne connaissance sur la vente de véhicule mais pas sur le hors route en général donc la description des capacités du véhicule peuvent être très limités.

4 : Privilégiez la stabilité mécanique aux modifications après-vente. 

Il peut être très tentant d’opter directement pour le camion doté de toutes les modifications dont vous pouvez rêver. Ils ont l’air costauds et tellement plus performants en tout-terrain que les 4×4 standard. Mais pensez-y, en général, les gens apportent des modifications à leur 4×4 pour lui donner un bon coup de fouet en dehors de la route, il y a donc de fortes chances que les 4×4 modifiés aient été plus malmenés que les 4×4 standards.  Commencez par un modèle standard, puis ajoutez les modifications qui vous conviennent.  Si vous optez pour un véhicule modifié, demandez à voir toutes les garanties et les reçus d’installation, il vaut mieux éviter ceux qui ont été modifiés par des bricoleurs. 

5 : Vérifiez sous le capot.

Points de contrôle cruciaux à considérer sous le capot : 

Vérifiez l’absence de fuites : en particulier au niveau des composants critiques tels que les composants du moteur, la transmission et les freins.

Vérifiez l’huile : Retirez le bouchon du filtre à huile et vérifiez la présence d’un résidu mousseux. Cela peut souvent être l’indication d’un joint de culasse qui fuit et cette voiture doit être évitée.  Vérifiez l’état du liquide de refroidissement et assurez-vous qu’il n’est pas marron et sale, car c’est non seulement un signe de manque d’entretien mais aussi de fuite possible du joint de culasse. 

Vérifiez que les systèmes essentiels ne présentent pas de signes d’usure tels que des fissures, un dessèchement, de la rouille ou des réparations de carrosserie.

6 : Salissez-vous.

Les 4×4 sont souvent exposés à des conditions extérieures extrêmes telles que l’eau, la boue, les inondations, les fortes ondulations, etc. Jeter un coup d’œil sous le véhicule peut souvent être un excellent moyen de découvrir des dommages sérieux liés au hors route.

Mettez-vous à terre et inspectez le dessous de la voiture si possible à la recherche de fissures, de rayures importantes, de fuites, de désalignements et de rouille. Vérifiez soigneusement le système d’échappement à la recherche de fuites éventuelles. 

7 : Vérifiez la carrosserie.

Lorsqu’il s’agit de carrosserie, il est utile de vérifier minutieusement. Évitez d’acheter des voitures qui présentent des traces d’accident ou des dommages au châssis.

La selle de la voiture ne doit pas être soudée mais boulonnée. Vérifiez que les boulons ne présentent pas de traces de rayures indiquant un ajustement ou un remplacement après un accident. Vérifiez l’absence de fissures sur les pare-chocs. 

Accroupissez-vous derrière la voiture et inspectez les panneaux latéraux à la recherche de reflets de peinture irréguliers ou d’une surface inégale indiquant des travaux de carrosserie après un accident.

Ne stressez pas pour les rayures mineures, mais utilisez-les comme pouvoir de négociation pour faire baisser le prix de vente.  

8 : Essai routier.

L’essai routier est généralement l’un des meilleurs moyens de se faire une idée du véhicule et de déceler les éventuels signes avant-coureurs. Voici quelques signes d’alerte à surveiller :

a) Bruits étranges : tout bruit étrange lorsque vous mettez le contact, tournez le volant à fond, utilisez les freins ou changez de vitesse. Tout bruit sourd lorsque vous tournez le volant à fond doit déclencher une alarme, car la réparation de la direction assistée est un exercice coûteux. 

b) Voyants d’avertissement sur le tableau de bord : cela peut sembler évident, mais après avoir mis le contact, vérifiez soigneusement les voyants d’avertissement sur le tableau de bord.  Le témoin de contrôle du moteur n’est jamais un bon signe.

c) la transmission : Pendant l’essai de conduite, essayez différents niveaux d’accélération pour vous assurer que le véhicule peut supporter des accélérations soudaines. S’il s’agit d’une transmission automatique, vérifiez que les vitesses passent sans à-coups, s’il s’agit d’une transmission manuelle, vérifiez si l’embrayage glisse.

d) Fuites : après un long essai routier, c’est le meilleur moment pour vérifier les fuites, car elles apparaîtront même si le propriétaire a essayé de les cacher avant l’essai. Vous pouvez garer la voiture sur une bande de béton propre et rechercher les fuites après le trajet. Vérifiez à nouveau l’absence de fuites sous le capot, sous la voiture et sur les rotules avant.

9 : Faites faire une inspection complète avant l’achat 

Si vous pensez avoir bien examiné le véhicule et que vous envisagez sérieusement de l’acheter, demandez toujours à un mécanicien qualifié en matière de 4×4 de procéder à une inspection très complète du véhicule.  Cela peut vous coûter quelques centaines de dollars, mais l’investissement en vaut la peine si vous n’achetez pas quelque chose qui vous coûtera des milliers de dollars à réparer plus tard. 

10 : Apportez un ami, parfois nos émotions peuvent l’emporter sur la raison, et lorsque l’on désire quelque chose ardemment depuis longtemps, on peut porter moins d’importance à des problèmes. De plus, choisissez bien votre ami. Il est préférable d’éviter d’apporter son ami qui est également un grand fanatique de 4×4 et qui a autant hâte que vous que vous ayez enfin votre véhicule. L’ami à privilégier sera celui qui saura comment vous prévenir d’un mauvais investissement et qui pourra vous faire entendre raison.

Dave Daneault chroniqueur 4x4SetupMagazine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *