Partons vers l’ouest

 

Pour ceux et celles qui nous ont suivis durant les dernières années, nous avions terminé notre périple  Labrador-Terre-Neuve en rêvant de compléter notre traversée vers l’ouest :

«  Quoi de mieux qu’une longue traversée en bateau avant de reprendre le chemin du retour, tout en regardant le coucher de soleil sur l’Atlantique et rêvant à la prochaine aventure. Et pourquoi pas le Pacifique? »

Voilà qu’un an presque jour pour jour, nous sommes fins prêts à prendre la route en direction de la Colombie-Britannique. Disposant de seulement trois semaines avant le retour en classe, nous avons décidé que les enfants et ma conjointe reviendraient à la maison en avion alors que je retournerais par la route, les épargnants du même coup des 5500 kilomètres du retour. Bien que la préparation du véhicule et du matériel ait été exhaustive, notre itinéraire lui, laissait place à beaucoup de latitude car nous n’avions fait aucune réservation sauf pour les billets de retour.  Nous étions fébriles le jour du départ car ce voyage, nous l’avions rêvé et imaginé bien longtemps avant d’avoir des enfants.

Question de faire le plus de route possible pour notre première journée, le départ était prévu à 5h00. Puisque nous devions trouver un endroit pour dormir et faire l’installation de la tente, il était difficile d’arrêter la route passée 19h00. L’objectif était simple : Se rendre en Alberta le plus rapidement pour profiter des rocheuses et de la côte ouest Canadienne. Notre première journée de route fut moins productive que prévue en perdant quelques heures dans les travaux routiers dans le secteur d’Ottawa. Notre journée s’est terminée dans un petit camping du nom de Dreany Heaven, adjacent à la Trans-Canadienne. La petite baignade avant le souper a vite redonné le moral aux troupes. La tenancière du camping, une sympathique dame, nous emprunta les enfants pour leur faire un tour de voiturette de golf et leur donner des friandises glacées pendant qu’on installait notre tente. Ça commence bien les vacances!

 

Une légère odeur de frein avait envahie l’habitacle après une série de bonnes descentes à la fin de notre journée. Une fois les enfants couchés, j’en ai profité pour faire une petite vérification et lubrifier les étriers avant. Notre set-up avec tout le matériel est relativement lourd pour la grosseur de notre véhicule et il est primordial que tout soit A1.

L’Ontario c’est long… plus de 2200 kilomètres à elle seule. On était bien content de mettre les pieds au Manitoba et on a décidé de prendre une journée de congé pour allez visiter le Zoo de Winnipeg et planter notre tente au camping de Grand Beach. Petite journée off avant de reprendre la route en direction de l’Alberta.

Drumheller était une destination incontournable. Située dans le Midland au nord-est de Calgary, cette ville kitch remplie de répliques de dinosaures, héberge le réputé musée historique Tyrell.  Ce musée autant que l’environnement du Midlands nous plongent dans la préhistoire et les vestiges qui s’y rattachent. Prévoyez une bonne journée pour en profiter au maximum.

À la fin de notre journée, nous avons décidé d’emprunter la north dinosaurs trail pour aller voir un peu plus loin. À notre grande surprise, la route qui traverse la rivière n’a pas de pont mais un traversier à câble. Le Bleriot ferry nous a permis de rejoindre de l’autre côté le camping sauvage portant le même nom. Loin des lumières de la ville, l’obscurité profonde de la nuit m’a même permis d’observer des Aurores boréales à la suite d’une crise de crampes intestinales causée par un abus de sauce habanero.

Après une virée éclair dans la ville de Calgary, nous avons pris la direction de Banff pensant se dénicher un coin pour planter notre tente. Tous les postes de garde nous accueillait avec un sourire en coin quand on leur demandaient s’il y avait un terrain de libre «Sorry, no vacancy, You are in the Rockies! ». Le temps filait et nous n’avions toujours pas de place où dormir jusqu’à ce qu’on se retrouve dans un petit village appelé Field, où nous avons réussi à trouver une auberge avec une chambre pour 5 à un tarif déraisonnable. Voulant passer quelques jours dans les environs, la chasse aux campings commença tôt le lendemain et le kicking horse Campground s’avéra l’endroit désigné. Le reste de la journée servi à faire les visites des lacs Louise et Moraine. Malheureusement, les feux de forêt au Nord de l’état de Washington dégageaient tellement de fumée qu’on ne voyait pas la cime des montagnes et les lacs n’avaient pas leurs splendeurs habituelles. Nous avons quand même pris le temps de faire une petite baignade dans une des eaux les plus froides que j’ai connu jusqu’à présent.

Les sources d’eau chaude sont monnaie courante dans la région et Radium hot springs figurait sur notre liste. Ce fut une activité relaxante contrairement à d’habitude et nous avons terminé la journée avec le meilleur repas de pizza à ce jour chez Red Tomato Pie dans la ville de Golden. Nous étions installés au camping municipal de la ville pour prendre le temps de faire un peu de rangement, des provisions et surtout, fêter l’anniversaire de notre fille Mérédith.

Le temps était venu de descendre dans la vallée d’Okanagan direction Kelowna pour aller cueillir des fruits. Probablement une de nos meilleures activités du voyage, pas besoin de vous dire qu’on a sauté un repas cette journée-là. Les feux de forêt était maintenant rendus sur le territoire canadien et on pouvait les apercevoir dans les montagnes avoisinantes. Nous avons emprunté la route 3 au sud de Penticton, question de voir le plus de territoire possible et rouler à flancs de montagne. Nous sommes arrivés à Vancouver en fin de journée et trouver un camping fut encore une fois très difficile. C’est à Porteau cove qu’on posa le pied pour la nuit, ce qui nous rapprocha de Horseshoe Bay où il y a un terminal pour traverser sur l’île de Vancouver.

Une fois rendu sur l’Île, nous avons déniché une place au camping de Gold Stream situé près de Victoria. Entourés d’arbres gigantesques, les sites de ce camping sont tout simplement époustouflants. Pour une des rares fois, notre installation était complétée avant la noirceur et nous en avons profité pour nous concocter un vrai repas. Visiter la ville de Victoria fut vraiment plaisant de par son architecture, ses maisons flottantes ou encore ses bateaux-taxis.

 Une carte de l’île nous avait été remise lors de la traversée et mon attention avait été attirée par une petite ligne pointillée rejoignant les villages de Port Renfrew et Port Alberni. Ceux qui me connaissent savent que je déteste faire des allers-retours et que j’essaie toujours de faire des boucles. Pourquoi revenir sur nos pas si on peut traverser l’île du sud vers le nord. Notre Gps ne nous donnait pas grand-chose mais la carte semblait être OK. La première étape jusqu’au lac Cowichan était bien identifiée et la route de gravier en bon état. La deuxième partie, elle, était aussi carrossable mais il n’y avait plus d’indications. Heureusement que nous avons croisé quelques villages autochtones, preuve que nous n’étions pas perdus. L’arrivée à Port Alberni se fit en fin d’après-midi et il fallait maintenant se diriger vers Tofino, que nous avions défini comme la destination finale de notre traversée d’est en ouest. La route pour se rendre sur la côte ouest est tortueuse à souhait et il y a des traces laissées par les camions sur les parois rocheuses tellement elle est étroite. À notre arrivée, nous avons eu droit au coucher de soleil sur le Pacifique pour célébrer l’aboutissement de notre périple Trans-canadien. Nous avons adoré Tofino et décidé d’y rester 2 jours supplémentaires. Ces deux journées nous ont donnés le temps de préparer le camion pour le retour et profiter du Tacofino avec leurs succulents fish tacos.

Après nos adieux à l’océan Pacifique, nous avons entrepris notre retour vers la ville de Vancouver pour nos deux dernières journées avant la séparation. Totalement différente de Victoria, la métropole est beaucoup plus moderne et bondée de monde. Une visite à pied ou à l’aide des transports en commun s’impose. Nous avons même réussi à trouver un autre Tacofino pour essayer de satisfaire ce besoin de fish taco insatiable. La dernière nuit avant l’effritement de la tribu s’est déroulée dans un hôtel à proximité de l’aéroport et c’est avec le cœur lourd comme une tonne de brique que nous nous sommes dit au revoir. Je me rappellerai toujours de cet instant car même si la séparation serait brève, l’équipe soudée que l’on était devenu s’écroulait tout à coup.

Il était temps pour moi de reprendre la route en solitaire et de retourner à la maison. La première journée fut difficile car malgré la beauté du paysage, je ne pouvais pas la partager avec quiconque. J’avais décidé de retourner en empruntant la route au nord des États-Unis pour faire un arrêt au parc de Yellowstone dans le nord de l’état du Wyoming. Yellowstone est immense et déborde d’animaux en liberté et de sources geysers. Les bisons, parfois au centre de la route, ne portent même plus attention aux paparazzis touristiques. Le Wyoming s’affichant comme l’endroit ayant le meilleur steak au monde, je ne pouvais pas manquer cette chance. Il me restait cinq ou six bûches et je n’avais pas mangé un vrai repas depuis quelques jours. Bien installé dans un camping de parc national à 10 $ la nuit, je montais la tente en attendant la braise nécessaire à faire cuire mon festin. Je déclare officiellement que le Wyoming mérite son titre car ce repas a été de loin le meilleur repas cuit sur le feu à ce jour et j’en rêve encore parfois la nuit.

J’ai repris la route très tôt le lendemain pour essayer de couvrir le plus de distance possible. Je n’avais plus le goût de monter la tente car je perdais du temps précieux  et j’avais sérieusement hâte de revoir mes aventuriers préférés. J’ai roulé tard dans la soirée et décidé d’arrêter dans un Motel 6 à 29$ la nuit pour une chambre qui sentait la cigarette. Pas besoin de vous dire que je n’ai pas dormi dans les couvertures cette nuit-là. Le lendemain matin, un individu louche faisait le tour du camion dans la cour du motel en se parlant tout seul. N’ayant pas le goût d’interagir avec lui, j’ai décidé d’attendre un peu dans l’espoir qu’il disparaisse. Croyant qu’il était parti, j’ai sorti en douce avec tout mon barda mais il revint aussitôt et ne semblait pas dans tous ces moyens. Essayant de comprendre ce qu’il voulait et lui disant que je devais reprendre la route, il finit par me donner son chapeau de cowboy et me laissa partir après une demi-heure. Je ne le savais pas encore mais mon prochain arrêt serait à la maison. J’étais à plus de deux cents kilomètres à l’ouest de Chicago et 22 heures plus tard, je déjeunais avec ma famille.

Après un court repos, j’étais incapable de rester dans la maison. J’ai sorti à l’extérieur et me suis fait à dîner sous l’auvent du camion. Seulement 4 semaines à l’extérieur et j’ai eu besoin d’un certain temps pour me réadapter à mon mode de vie quotidien. Une fois cette réadaptation terminée, il était venu le temps de planifier nos prochaines aventures. C’est en mijotant nos projets de voyages que le nom Expédition Nord-Sud nous est venu en tête : La route entre Prudhoe Bay et la Terre de Feu doit être splendide…

Texte: Expédition Nord Sud
Photos:  Expédition Nord Sud

Ton Set-up… 4X4 Set-Up!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.